Vos chirurgiens

Prendre rendez-vous

Choisissez votre médecin en cliquant sur l'une des photos

RHIZARTHROSE

Qu’est ce que c’est ?
La rhizarthrose est une arthrose touchant la base du pouce située entre les os scaphoïde, trapèze, trapézoïde et le 1er métacarpien. L’arthrose est une affection dégénérative liée à une usure du cartilage qui recouvre les os au niveau d’une articulation. Quand le cartilage est usé celui-ci disparaît entrainant le frottement direct des os l’un contre l’autre. Il s’en suit des douleurs , une déformation et une raideur.
 
Quelle Origine ?
Il s’agit d’une affection dégénérative d’origine souvent génétique ce qui explique que celle-ci puisse se développer à un âge relativement jeune. L’activité manuelle joue également un certain rôle.
 
Avant le traitement
Le bilan  comporte la réalisation de radiographies permettant de faire le diagnostic, d’écarter une autre cause et de classifier l’importance et l’étendue de l’arthrose. Ceci permettra de proposer le traitement le plus adapté.
Une échographie peut montrer un épaississement de l’articulation, la présence de liquide et d’écarter d’autres diagnostics comme une tendinite de De Quervain.
Un scanner ou une IRM peuvent être utiles dans certains cas atypiques
 
Quel Traitement ?
Le traitement dans un 1er temps est toujours constitué de médicaments pour lutter contre la douleur comme des anti-inflammatoires ou des antalgiques (Doliprane…). Une orthèse statique de protection peut être confectionnée, courte pour la journée et longue la nuit, en fonction de la périodicité des douleurs et de l’impotence que ces douleurs entraînent dans votre activité de tous les jours. Si ce traitement ne devait pas être suffisant, un traitement chirurgical pourra alors être envisagé dans un 2ème temps.
Le traitement a pour but de diminuer la douleur tout en conservant une certaine mobilité mais parfois au prix d’une perte partielle de la force. Plusieurs traitements chirurgicaux peuvent être envisagés en fonction de l’atteinte que vous présentez, de l’intensité de la symptomatologie, de votre âge et de votre activité manuelle.
 
 Ainsi, vous pouvez bénéficier d’une opération de dénervation des os du carpe qui correspond en fait à une section des petites branches nerveuses à destinée de l’articulation, permettant de conserver la force et la sensibilité mais tout en entraînant la disparition ou une diminution importante de la douleur. Celle ci est en général efficace, d’effet rapide mais on ne peut exclure une réapparition des douleurs à plus ou moins long terme.
 
Un autre type d’intervention peut être constitué par une trapézectomie qui consiste à enlever l’os trapèze associée à une ligamentoplastie (utilisation de certaines parties des ligaments des tendons pour renforcer la stabilité du pouce). Une petite bille peut éventuellement être mise en place à la place de l’os trapèze. En général l’effet sur la douleur est bon avec conservation d’une bonne mobilité mais avec une diminution de la force.
 
Un autre type d’intervention est constitué par la mise en place d’une prothèse trapézo-métacarpienne permettant de remplacer l’articulation trapézo-métacarpienne arthrosique. L’avantage de cette opération est une récupération rapide mais avec pour inconvénient un risque de descèlement (la prothèse se détache de l’os), de fracture des os, de luxation nécessitant de changer alors la prothèse. Ces interventions ont des indications bien préçises qui vous seront préçisées en cours de consultation, et qui sont fonction de l’âge, de l’activité, et du type d’arthrose, et de vos besoins.
L’intervention se déroule sous anesthésie loco-régionale au bloc opératoire et en chirurgie ambulatoire, puis vous pouvez rentrer à la maison, accompagné (e).
 
Et après ?
Votre chirurgien  vous reverra  pour surveiller l’évolution de l’intervention, surveiller la cicatrisation et répondre aux éventuelles questions que vous vous posez.
La suite des soins, les pansements tous les 2 à 3 jours ainsi que l’ablation des fils au bout d’une dizaine de jours sera réalisée par votre médecin traitant. Je reste bien entendu à votre disposition pour vous recevoir à tout moment. La mobilisation après l’intervention chirurgicale est encouragée en évitant à la fois de trop forcer ou de ne rien faire ! Parfois notamment dans le cas des prothèses et des ligamentoplasties une immobilisation par orthèse est mise en place pour permettre une meilleure cicatrisation notamment ligamentaire. L’activité doit être reprise progressivement.
La récupération de la force est progressive, la reprise du travail dépend de l’activité professionnelle et varie selon les patients et l’activité.
 
Complications ?
Comme dans toute chirurgie, des complications peuvent survenir. Il faut savoir que ces complications sont rares, comme par exemple, une infection, un hématome ou une algodystrophie (inflammation pouvant survenir après une opération tel le canal carpien, la mise en place d’un plâtre, une entorse ou une fracture…). Celle-ci a pour principal inconvénient de ralentir la récupération avec un risque d’enraidissement des doigts si la mobilisation n’est pas suffisante.
Un traitement, en général, par de la rééducation, permet d’obtenir une amélioration de la symptomatologie.
Si vous avez déjà fait une algodystrophie il faut alors le signaler au chirurgien.
Le fait de fumer semble favoriser ces complications. D’autres complications exceptionnelles, comme la section d’un nerf, d’une artère ou d’un tendon, pourraient survenir.
Si vous êtes inquiet revenez voir votre chirurgien car vos chances de récupération en dépendent.
J’espère que ces renseignements vous seront utiles et je reste à votre disposition pour des renseignements complémentaires.