Vos chirurgiens

Prendre rendez-vous

Choisissez votre médecin en cliquant sur l'une des photos

Maladie DE DUPUYTREN

Qu’est ce que c’est ?

Elle se présente sous forme de nodules ou de boules au niveu de la paume de la main et ou des doigts, de brides limitant l’ouverture des doigts, avec dans les formes avancées des rétractions des doigts en crochet. Celle ci peut toucher tous les doigts, bien qu’elle prédomine au niveau des 4 et 5 eme doigts . L’atteinte peut être bilatérale et pas forcément au même stade.
Cette maladie peut se retrouver également au niveau de la plante des pieds (maladie de Ledderhose) , sur le sexe pour les hommes (maladie de Lapeyronie) ou sur les dos des doigts (coussinets de Dupuytren).
Certaines maladies peuvent être associées ou favoriser l’apparition de la maladie de Dupuytren comme l’épilepsie, le diabète, l’hyper-triglycéridémie, l’excès de consommation d’alcool et le tabac. Le travail manuel n’est a priori pas responsable de la maladie de Dupuytren, mais peut être un facteur favorisant.
 
Avant le traitement
Le diagnostic est essentiellement fait à l’examen clinique. Une échographie peut parfois être utile quand il existe un doute.
 
Quel Traitement ?
Il n’y a à l’heure actuelle, pas de traitement médical ayant fait ses preuves. Un traitement par injection de collagénase de Clostridium histolitycum a été proposé jusqu’ici sans être supérieur et avec des complications de rupture de tendons. Le seul traitement efficace reste la section ou l’ablation des tissus malades.
Il n’y a pas d’indication opératoire dans les formes débutantes (absence de rétraction des doigts ou nodules ne gênant pas la préhension), sauf lorsqu’un nodule est douloureux à la presssion. Néanmoins, lorsqu’une rétraction apparait il faut éviter d’attendre car dans les formes sévères, le traitement est plus difficile et les résultats moins bons. Le risque de récidive est plus élevé.
Il faut savoir que l’atteinte du 5ème doigt notamment au niveau des articulations des doigts est responsable de moins bons résultats. L’indication opératoire est posée à partir du moment où vous présentez une gêne lors des mouvements de préhension des objets, ou une rétraction progressive des doigts. Le but de l’intervention est de récupérer une extension, d’enlever les nodules douloureux au niveau de la paume de la main, tout en sachant qu’une extension ou qu’une récidive de cette maladie est toujours possible.
Le traitement chirurgical consiste soit à effectuer une aponévrectomie (enlever l’aponévrose malade) localisée ou élargie pour enlever une partie de l’aponévrose palmaire qui est malade. Celle-ci est située entre la peau et les éléments situés plus en profondeur que sont les tendons, les nerfs, les artères et les muscles de la main.
L’intervention d’aponévrotomie consiste à couper l’aponévrose palmaire dans les cas où il existe une bride bien individualisée. Elle permet d’obtenir une extension du doigt pour un traitement plus léger mais avec un risque de récidive plus précoce et plus important.
Dans les formes avec des nodules dans la paume de la main, une aponévrectomie segmentaire peut être réalisée avec des cicatrices restreintes et une mobilisation qui est également rapide. Par contre, dans les cas les plus importants, une aponévrectomie partielle pourra être réalisée nécessitant en général des cicatrices un peu plus grandes et la réalisation éventuelle de greffe de peau, de lambeau ou de cicatrisation ouverte.L’intervention se déroule sous anesthésie locorégionale au bloc opératoire et en chirurgie ambulatoire, puis vous pouvez rentrer à la maison, accompagné (e).
 
Et après ?
Votre chirurgien vous reverra pour surveiller l’évolution de l’intervention, surveiller la cicatrisation et répondre aux éventuelles questions que vous vous posez.
Une orthèse dynamique d’extension sera confectionnée qui devra être portée la nuit pendant les semaines suivant l’opération, la mobilisation sera encouragée. Des séances de rééducation pourraient éventuellement être prescrites au bout de quelques semaines en fonction de la récupération et de l’évolution.
Il est possible que la cicatrisation cutanée mette du temps avant d’être effective puisque la technique chirurgicale nécessite parfois la réalisation de lambeaux cutanés ou de laisser en cicatrisation ouverte certaines parties de la main. Cela ne doit pas vous empêcher de bouger les doigts et la main.
Les pansements pourront être faits régulièrement toutes les semaines à la Clinique et entre temps par le médecin traitant. Les fils sont enlevés après le 10ème jour post-opératoire. La récupération après cure chirurgicale est variable en fonction de la gravité pré-opératoire mais peut aller jusqu’à 6 mois ou plus dans les formes très graves. La cicatrice peut rester sensible ou dure un certain temps.
La reprise du travail dépend de l’activité professionnelle et varie de quelques jours à quelques mois.
 
Complications ?
Comme dans toute chirurgie, des complications peuvent survenir. Il faut savoir que ces complications sont rares, comme par exemple, une infection, un hématome ou une algodystrophie (inflammation pouvant survenir après une opération tel le canal carpien, la mise en place d’un plâtre, une entorse ou une fracture…). Celle-ci a pour principal inconvénient de ralentir la récupération avec un risque d’enraidissement des doigts si la mobilisation n’est pas suffisante.
Un traitement, en général, par de la rééducation, permet d’obtenir une amélioration de la symptomatologie.
Si vous avez déjà fait une algodystrophie il faut alors le signaler au chirurgien.
Le fait de fumer semble favoriser ces complications.

D’autres complications exceptionnelles, comme la section d’un nerf, d’une artère ou d’un tendon, pourraient survenir.

Des dysesthésies (fourmillements) post-opératoires sont plus fréquentes, que l’on peut observer dans les doigts et qui sont liées en général à un écartement des branches nerveuses pendant l’opération. Ceci disparaît progressivement avec la cicatrisation.

La raideur ou l’apparition d’une rétraction progressive peuvent également survenir après ce type de chirurgie, qui doivent être combattues par le port de l’orthèse et les séances de rééducation. Malgré cela on ne peut garantir la récupération d’une bonne souplesse au niveau des doigts, parfois la récupération est longue et incomplète.La récidive n’est pas exceptionnelle même après un traitement chirurgical bien fait. Celle ci est plus précoce dans les aponévrotomies (3 à 4 ans) que dans les aponévrectomies ( 10 ans) mais n’entraine pas forcément la réalisation d’un nouveau traitement chirurgical.

Si vous êtes inquiet revenez voir votre chirurgien car vos chances de récupération en dépendent.

J’espère que ces renseignements vous seront utiles et je reste à votre disposition pour des renseignements complémentaires.