Vos chirurgiens

Prendre rendez-vous

Choisissez votre médecin en cliquant sur l'une des photos

Kyste mucoïde des doigts

Qu’est ce que c’est ?

Il s’agit de petites tuméfactions bénignes siègant au niveau de l’articulation inter-phalangienne distale du doigt (près de l’ongle). Elles sont d’origine articulaire liées à une arthrose touchant l’articulation inter-phalangienne distale. Elles viennent affaiblir la peau à ce niveau et peuvent se rompre parfois spontanément ou si elles sont traumatisées. Il existe alors un risque d’infection du kyste mais également de l’articulation ou de l’os sous-jacent.
 
Lorsque la tuméfaction vient se coucher sur le tissu qui fabrique l’ongle, elle peut entraîner une déformation de celui-ci, qui ne disparaîtra pas toujours après le traitement.
 
Quelle Origine ?
La cause est souvent multiple, arthrosique, traumatique liées aux chocs éventuellement répétés ou mixte.
 
Avant le traitement
Le bilan peut comporter,une radiographie à la recherche d’une arthrose souvent retrouvée et éventuellement une échographie qui permet de conforter le diagnostic de préciser le volume, de repérée l’origine articulaire, et d’écarter d’autres diagnostics comme une tumeur à cellules géantes, un lipome, un kyste sébacé, un granulome à corps étranger etc…
 
Quel Traitement ?
Il s’agit d’une pathologie qui est fréquente et dont le traitement chirurgical est indiqué essentiellement dans les formes douloureuses ou les kystes volumineux d’évolution longue en général au-delà de 3 à 6 mois d’évolution.
Lorsque les kystes sont peu volumineux et d’apparition récente, une simple surveillance est nécessaire.
Par contre, lorsque les kystes sont volumineux associés à une déformation de l’ongle, un traitement chirurgical peut être réalisé. Celui-ci consiste à enlever le kyste et la peau qui est en regard, et à recouvrir parfois la perte de substance induite par une greffe de peau ou un lambeau prélevé au niveau de la face dorsale du même doigt.Le traitement chirurgical peut également toucher l’articulation sous-jacente avec résection des saillies osseuses et nettoyage articulaire. S’il existe une arthrose importante, un blocage de l’articulation (arthrodèse) peut éventuellement être réalisé.
L’intervention se déroule sous anesthésie locale au bloc opératoire et en chirurgie ambulatoire, puis vous pouvez rentrer à la maison, accompagné (e).
 
Et après ?
Votre chirurgien vous reverra pour surveiller l’évolution de l’intervention, surveiller la cicatrisation et répondre aux éventuelles questions que vous vous posez.
La suite des soins, les pansements tous les 2 à 3 jours ainsi que l’ablation des fils au bout d’une dizaine de jours sera réalisée par votre médecin traitant. Lorsqu’un lambeau cutané est réalisé la cicatrisation peut être plus longue (3 à4 semaines). Je reste bien entendu à votre disposition pour vous recevoir à tout moment. La mobilisation après l’intervention chirurgicale est encouragée aussi bien du poignet que des doigts.
La reprise du travail dépend de l’activité professionnelle et varie de quelques jours à quelques semaines.
 
Complications ?
Comme dans toute chirurgie, des complications peuvent survenir. Il faut savoir que ces complications sont rares.
Il est important de bien mobiliser ses doigts et le poignet afin d’éviter une raideur par adhérence.
Une éventuelle lésion d’un élément situé juste à coté du kyste peut survenir comme par exemple le tendon extenseur, mais ceci est rare et peut être réparé.
La récidive du kyste est possible mais la réalisation d’une greffe de peau ou d’un lambeau diminue ce risque. Il peut exister également une difficulté de cicatrisation voire l’échec de la greffe ou du lambeau (exceptionnel).
Le fait de fumer semble favoriser ces complications.
Une infection, un hématome ou une algodystrophie (inflammation pouvant survenir après une opération tel le canal carpien, la mise en place d’un plâtre, une entorse ou une fracture…) sont beaucoup plus rares.
Une algodystrophie a pour principal inconvénient de ralentir la récupération avec un risque d’enraidissement des doigts si la mobilisation n’est pas suffisante.
Un traitement, en général, par de la rééducation, permet d’obtenir une amélioration de la symptomatologie.

Si vous avez déjà fait une algodystrophie il faut alors le signaler au chirurgien.

Le fait de fumer semble favoriser ces complications. La récidive est possible quelque soit le traitement réalisé.

Si vous êtes inquiet revenez voir votre chirurgien car vos chances de récupération en dépendent.

J’espère que ces renseignements vous seront utiles et je reste à votre disposition pour des renseignements complémentaires.