Vos chirurgiens

Prendre rendez-vous

Choisissez votre médecin en cliquant sur l'une des photos

Canal carpien

La compression du nerf Médian au canal carpien est une pathologie fréquente puisqu’en 2010, 150 000 cas ont été opérés en France et personnellement, j’en ai opéré (500).

 

Qu’est ce que c’est ?

Progressivement apparaît une dysfonction du nerf entraînant des fourmillements (dysesthésies) au niveau des 4 premiers doigts de la main (maladresse aux mouvements fins), une atteinte des masses musculaires s’extériorisant par une fonte des muscles (amyotrophie) de la base du pouce (l’éminence thénar). L’évolution naturelle se faisant vers la destruction du nerf aboutissant dans les cas très avancé à des lésions irréversibles de la sensibilité et de la force à la main.
 
Quelle Origine ?
La cause est souvent multiple, constitutionnelle forme et taille du canal ( d’origine constitutionnelle ou familiale, ou acquise après fracture), liés aux mouvements répétés (parfois professionnelle) et parfois associé à des maladies comme le diabète, insuffisance thyroidienne… Elle survient souvent chez les femmes lors des changements hormonaux (grossesse et ménopause)
 
Avant le traitement
Le bilan doit comporter impérativement un électromyogramme permettant de s’assurer de la compression du nerf médian au canal carpien, de l’absence de souffrance du nerf à un autre endroit de son trajet puisque celui-ci part de la colonne cervicale pour descendre au niveau de l’épaule puis le long du bras.
D’autre part, l’électromyogramme permet de mesurer l’intensité de la compression orientant le traitement et pouvant expliquer les différences de récupération entre les gens. Cet examen permet d’écarter d’autres maladies neurologiques.
En fonction de l’examen clinique un examen radiologique et/ou échographique peut permettre de trouver une éventuelle pathologie osseuse ou une malformation.
 
Quel Traitement ?
Dans les formes légères ou débutantes des traitements médicaux peuvent être prescrits comme la mise en place d’une attelle de repos nocturne ou la réalisation d’une infiltration de corticoïdes. Néanmoins ces traitements deviennent vite insuffisants ou éphémère si l’atteinte est importante à l’électromyogramme et un traitement chirurgical doit être envisagé.
Le traitement chirurgical consiste à couper le ligament fermant le canal carpien permettant d’obtenir une libération du nerf médian et de la branche motrice qui est à destinée des muscles à la base du pouce ( muscles thénariens). Cette intervention a pour but d’obtenir une sédation des douleurs (en générale rapide) mais également d’éviter l’altération progressive du nerf qui s’observe dans les compressions très importantes et/ou prolongées.
L’intervention peut être réalisée par voie endoscopique ou par mini open.
L’intervention se déroule sous anesthésie locale au bloc opératoire et en chirurgie ambulatoire, puis vous pouvez rentrer à la maison, accompagné (e).
 
Et après ?
Votre chirurgien vous reverra pour surveiller l’évolution de l’intervention, surveiller la cicatrisation et répondre aux éventuelles questions que vous vous posez.
La suite des soins, les pansements tous les 2 à 3 jours ainsi que l’ablation des fils au bout d’une dizaine de jours sera réalisée par votre médecin traitant. Je reste bien entendu à votre disposition pour vous recevoir à tout moment.
La mobilisation après l’intervention chirurgicale est encouragée en évitant à la fois de trop forcer ou de ne rien faire ! L’activité doit être reprise progressivement. Les mouvements de torsion, comme par exemple, essorer une serpillière doivent être évités pendant les 3 premières semaines. Après l’intervention, les douleurs nocturnes disparaissent en général très rapidement car le nerf ne souffre plus, par contre, la sensibilité à l’extrémité des doigts peut revenir très rapidement en quelques heures comme mettre plusieurs semaines voire plusieurs mois en fonction de l’altération nerveuse qui a pu être observée à l’électromyogramme. Lorsque le nerf est trop atteint, la récupération peut être incomplète . Le talon de la main peut rester sensible un certain temps.
La récupération de la force est progressive, variable en fonction des patients puisque si celle-ci récupère en moyenne entre 1 à 2 mois après l’intervention chirurgicale, certaines personnes récupèrent une force normale en 2 à 3 semaines et d’autres mettent 4 à 5 mois ou plus.La diminution de la force après l’intervention chirurgicale, comme quelques douleurs en regard de la cicatrice sont logiques, puisque la section du ligament annulaire du carpe qui écrase le nerf entraîne «une zone de fragilité» puisque lorsqu’on appuie sur la peau du talon de la main, il n’existe plus de protection entre la peau et le nerf et les tendons. La diminution de la force s’explique également par le fait que ce ligament retient notamment les muscles de la base du pouce (masses musculaires thénariennes) ainsi que les os du poignet. Tous ces inconvénients post-opératoires disparaissent progressivement puisqu’un nouveau ligament se forme en étant plus fin et un petit peu plus long.
La reprise du travail dépend de l’activité professionnelle et varie de quelques jours à quelques semaines.
 
Complications ?
Comme dans toute chirurgie, des complications peuvent survenir. Il faut savoir que ces complications sont rares, comme par exemple, une infection, un hématome ou une algodystrophie (inflammation pouvant survenir après une opération tel le canal carpien, la mise en place d’un plâtre, une entorse ou une fracture…). Celle-ci a pour principal inconvénient de ralentir la récupération avec un risque d’enraidissement des doigts si la mobilisation n’est pas suffisante.
Un traitement, en général, par de la rééducation, permet d’obtenir une amélioration de la symptomatologie.

Si vous avez déjà fait une algodystrophie il faut alors le signaler au chirurgien.

Le fait de fumer semble favoriser ces complications.

D’autres complications exceptionnelles, comme la section d’un nerf, d’une artère ou d’un tendon, pourraient survenir.

La récidive est exceptionnelle mais possible.

Si vous êtes inquiet revenez voir votre chirurgien car vos chances de récupération en dépendent.

J’espère que ces renseignements vous seront utiles et je reste à votre disposition pour des renseignements complémentaires.